• Culture
    • Communication
    • Médias
    • Loisirs
    • Opca, Octa, Opacif
    • et fonds de formation
    • des artistes-auteurs

    Bienvenue.

Quel est l’impact du congé individuel de formation (CIF) sur l’évolution professionnelle ? Réalisée à la demande du FPSPP (Fonds paritaire de sécurisation professionnelle), une étude offre des éléments de réponse.

“Le CIF  est toujours  un puissant vecteur de changement professionnel, même dans un contexte moins favorable à l’emploi”, telle l’un des conclusions de la deuxième évaluation nationale sur l’impact du CIF, réalisée par le cabinet Ambroise Bouteille et l'Institut Ipsos à la demande du FPSPP (Fonds paritaire de sécurisation professionnelle).

Qui sont les bénéficiaires ?

La parité hommes/femmes se confirme : en 2010, le CIF a concerné 51% d’hommes et 49% de femmes. Quant aux seniors, leur part s’est légèrement accrue, un bénéficiaire sur 5 à plus de 45 ans.  

Du côté du statut professionnel, 82% des bénéficiaires sont ouvriers (25%) ou employés (57%), “une proportion stable dans le temps”, souligne le FPSPP. Autre constat : “le CIF s’adresse prioritairement  aux salariés faiblement qualifiés” (60% sont de niveau VI, V ou IV).  

Une "transition professionnelle sécurisée"

Un an après leur formation, 79% des personnes ayant bénéficié d’un CIF après un CDD ou un contrat d'intérim ont un emploi. Un tiers des CIF CDD accèdent à un CDI.  

Quant aux bénéficiaires d’un CIF CDI, 83% restent en situation d’emploi. Quel que soit le changement opéré dans leurs parcours, 74% d’entre eux se trouvent dans des situations contractuelles favorables (CDI ou entrepreneuriat). “Pour les autres, il s’agit probablement d’une situation transitoire vers leur objectif professionnel”, commente le FPSPP.

Un vecteur de changement professionnel

Dans un contexte moins favorable à l’emploi, “les changements de situations à l’issue du CIF semblent plus difficiles à amorcer”. Néanmoins, 70% des bénéficiaires ont changé de profession, 60% d’entreprise, 54 % de secteur d’activité, 52% de catégorie socioprofessionnelle et 65% de responsabilités.

Plus des deux tiers (69%) occupent une fonction en lien avec la formation suivie un an après la fin du CIF. Au final, leur niveau de satisfaction sur leur situation professionnelle demeure élevé (76% de satisfaction).