• Culture
    • Communication
    • Médias
    • Loisirs
    • Opca, Octa, Opacif
    • et fonds de formation
    • des artistes-auteurs

    Bienvenue.

Chaque année, l’Afdas conduit une enquête sur le congé individuel de formation (CIF) dans les secteurs de la culture, de la communication et des loisirs. Premiers résultats de l’étude menée en 2011.

Un CIF après 16 ans d’activité en moyenne

Quel est le profil des bénéficiaires ? Les trois quarts sont âgés de 25 à 44 ans. Les femmes représentent 54% des CIF CDI et 48 % des CIF CDD.  

En moyenne, le CIF intervient après 16 ans d’activité en moyenne. Comment les bénéficiaires ont-ils connu le dispositif ? Les relations personnelles arrivent en tête des réponses (39%), suivies par l’Afdas (23%). 

Près de la moitié des bénéficiaires en CDI

Quel est leur statut au moment du CIF ? 48% sont salariés en CDI, 37% intermittents du spectacle et 15% salariés en CDD. Les employés et les techniciens représentent plus de la moitié des bénéficiaires du CIF CDI (58%).

Un tiers vise une reconversion professionnelle

Une large majorité des CIF (61%) cible des formations non spécifiques aux domaines de la culture, de la communication et des loisirs.

Quelles sont les motivations des bénéficiaires ? Dans le détail, 35% d’entre eux désirent se reconvertir vers un nouveau métier ou un autre secteur professionnel, 28% souhaitent élargir leurs possibilités d’emploi, 19% veulent anticiper une situation professionnelle difficile.

Lors du choix de la formation, ils privilégient la validation par un diplôme, puis la qualité de l’enseignement. A l’issue du CIF, leur taux de satisfaction s’élève à 76%

Une ouverture du champ professionnel

Neuf fois mois après la formation, presque tous les bénéficiaires (90%) jugent que le CIF a élargi leurs perspectives professionnelles. Selon les cas, ils ont acquis un niveau supérieur de technicité (46%), de responsabilité (31 %), de salaire (21 %).

Cependant, moins de la moitié d’entre eux (46%) ont accédé à un emploi dans le domaine souhaité. Question mobilité, 44% ont changé de métier et 39% d’entreprise.

Au final, 67% des bénéficiaires d’un CIF travaillent toujours dans la culture, la communication ou les loisirs et seuls 19% veulent changer de secteur. Des résultats qui montrent un réel attachement à leur univers professionnel.

 

La méthodologie

L’enquête de l’Afdas sur le CIF se déroule en deux temps. Tout d’abord, un questionnaire de satisfaction est adressé aux bénéficiaires en fin de stage. Objectifs : évaluer le processus d’élaboration du projet et la qualité de la formation. Dans un second temps, un second questionnaire leur est envoyé neuf mois plus tard. Il s’agit alors d’analyser l’impact du CIF sur les parcours professionnels.

A noter : l’enquête 2011 ne couvre pas les nouveaux secteurs (presse et édition) qui ont rejoint l’Afdas en janvier 2012.