• Culture
    • Communication
    • Médias
    • Loisirs
    • Opca, Octa, Opacif
    • et fonds de formation
    • des artistes-auteurs

    Bienvenue.

L’Observatoire des métiers de la presse vient de mener une étude prospective sur l’évolution des compétences et des activités dans ce secteur.

L'enquête fait suite aux scénarios de prospective sectorielle que l’Observatoire avait élaborés en 2010. Sur le plan méthodologique, dix groupes de travail regroupant une centaine de professionnels du secteur se sont réunis de mai à septembre 2011. Une démarche pilotée par Jean-Marie Charon, sociologue spécialiste des médias.

Constat initial : les défis à relever dans ce secteur sont essentiellement liés au développement du multimédia. “Internet nécessite de réinventer les contenus et les modes d’organisation de la presse”, souligne Nathalie Barret, chef de projet de l’Observatoire des métiers de la presse.

Évolution marquante liée à Internet, le journaliste se rapproche aujourd’hui de son lecteur, en publiant ses commentaires, en le faisant participer ou en suivant les réseaux sociaux. Peu à peu, la logique de proximité s’amplifie.

Côté rythme, la périodicité a laissé place sur Internet au flux permanent d’informations. Les contraintes techniques conduisent à aborder les contenus différemment, à travers des espaces plus fermés, des textes plus courts et davantage d’images. “La presse doit inventer de nouvelles mises en scène de l’information”, remarque Nathalie Barret. Des temps de vérification et de “labellisation” de l’information s’avèrent aussi nécessaires.

Conséquences en matière d’organisation : certaines professions (développeurs et designers numériques, documentalistes multimédia, infographistes, animateurs d’audience...) vont désormais travailler directement au sein des équipes éditoriales. Nathalie Barret observe : “On va assister à une hybridation des métiers qui vont se recomposer”.

En parallèle, la presse est amenée, de plus en plus, à faire appel à des compétences extérieures (pigistes, infographistes, photographes...), à travers des “réseaux professionnels lâches” ou des contributions occasionnelles (blogueurs).


Consultez le rapport complet sur le site de l’Observatoire des métiers de la presse : www.metiers-presse.org