• Culture
    • Communication
    • Médias
    • Loisirs
    • Opca, Octa, Opacif
    • et fonds de formation
    • des artistes-auteurs

    Bienvenue.

L’Observatoire des métiers de la presse publie son rapport annuel sur les journalistes détenteurs de la carte de presse.

Le rapport annuel sur les journalistes détenteurs de la carte de presse s’appuie sur les données statistiques de la Commission de la carte d’identité des journalistes professionnels (CCIJP).

Effectif total : légère reprise

Après une baisse observée depuis 2010, on assiste à une légère reprise en 2012 (+0,5%). Parmi les 37477 cartes de presse accordées, les premières demandes augmentent de 6% par rapport à 2011.

Presse écrite : la baisse se poursuit

La  presse  écrite  représente  toujours  le  premier secteur d’activité des journalistes. Néanmoins, elle continue de perdre du terrain : 62% des journalistes ayant obtenu leur carte pour la première fois y travaillent en 2012, contre 70% en 2000. Précisons que ce secteur regroupe des entreprises qui se diversifient de plus en plus et qui n'utilisent pas que le papier comme seul support. On y retrouve notamment les activités autour du Web.

Le support papier, quant à lui, poursuit sa baisse : il ne concerne plus que 32,7% des journalistes (contre 67% en 2000).  

Vieillissement des journalistes, notamment en presse écrite

La moyenne d’âge des journalistes "encartés" s’élève légèrement : 42,9 ans en 2012, contre 42,7 ans en 2011. Au total, 42,3% des journalistes ont plus de 45 ans. C’est en presse écrite que la moyenne d’âge s’avère la plus élevée (43,3 ans) et en production audiovisuelle qu’elle est la plus basse (36,6 ans).

Hausse du nombre de pigistes

La précarisation des emplois se confirme : un journaliste sur cinq (21,3%) est en CDD ou pigiste en 2012 (soit 0,8 point de plus qu’en 2011). Dans la tranche 26-34 ans, un tiers des journalistes a un contrat précaire.

Depuis 2008, le nombre de journalistes en CDD progressait davantage que celui des pigistes. Cependant, à partir de 2011, la situation s’inverse, avec une nouvelle augmentation de la proportion de pigistes.

Rédactrices en chef : plus nombreuses en presse écrite

La féminisation se poursuit : en 2012, les femmes représentent désormais 45,7% des journalistes (contre 39,9% en 2000) et 56,2% des premières demandes. C’est dans le secteur de la presse écrite qu’elles s’avèrent les plus nombreuses (47,3%).

Leur situation demeure plus précaire que celle des hommes : elles représentent 58,1% des CDD et 53,4% des pigistes. Leur accès aux postes de décision diffère selon les secteurs : la proportion de rédactrices en chef atteint 36,8% en presse écrite, mais seulement 23,5 % en télévision et 23% en radio.