• Culture
    • Communication
    • Médias
    • Loisirs
    • Opca, Octa, Opacif
    • et fonds de formation
    • des artistes-auteurs

    Bienvenue.

Salariat dans le secteur culturel : flexibilité et pluriactivité

Le salariat dans le secteur culturel se caractérise par une grande flexibilité, selon une étude du ministère de la Culture et de la Communication.

Le département des études, de la prospective et des statistiques du ministère de la Culture et de la Communication vient de consacrer une étude au "salariat dans le secteur culturel en 2009". Premier constat : ce salariat rassemble environ trois quarts des actifs intervenant dans le champ culturel. Au total, 697000 personnes étaient salariées au moins une heure dans le secteur en 2009, pour un volume de 557 millions d’heures (soit 800 heures annuelles en moyenne par salarié).  

Des salariés jeunes et franciliens

Ces salariés s’avèrent nettement plus jeunes que la moyenne : 59% ont moins de 40 ans (contre à peine plus de la moitié parmi l’ensemble du salariat). Sur le plan géographique, 47% résident en Île-de-France (contre 22% des salariés tous secteurs confondus). Leurs employeurs sont plus souvent implantés en région parisienne et de taille modeste.

À noter : les femmes représentent 47% des salariés du champ culturel ; elles sont donc légèrement moins nombreuses que dans l’ensemble du salariat (où la parité est pratiquement observée).  

Une grande flexibilité dans certains secteurs

Comparé à l’ensemble du salariat en France, celui du secteur culturel se caractérise par une grande flexibilité : temps de travail courts, contrats plus souvent à durée limitée, rémunérations très dispersées, pluriactivité répandue. Cependant, une analyse approfondie révèle que ces caractéristiques globales tiennent principalement à certains champs d’activité : le spectacle, l’enseignement artistique et les loisirs.

Une pluriactivité fréquente

Dans ces domaines,”la grande flexibilité de l’emploi, les faibles volumes individuels d’activité, la rotation (turn over) des salariés sont la règle”. La pluriactivité est alors particulièrement répandue. Les salariés peuvent cumuler plusieurs activités culturelles, en alliant par exemple des emplois dans le spectacle vivant et dans la création visuelle. Mais surtout, nombreux sont ceux qui interviennent à la fois dans le champ culturel et à l’extérieur de celui-ci.
En revanche, dans d’autres branches (édition, architecture, patrimoine), "la physionomie du salariat s’écarte peu de celle observée dans l’ensemble de l’économie" : le CDI et le travail à temps plein restent prépondérants.