• Culture
    • Communication
    • Médias
    • Loisirs
    • Opca, Octa, Opacif
    • et fonds de formation
    • des artistes-auteurs

    Bienvenue.

COMMUNIQUE DE PRESSE

Signature de l’annexe financière de la convention Etat-FPSPP

Lors de la signature de l’avenant à la convention-cadre entre l’Etat et le Fonds paritaire de Sécurisation des Parcours Professionnels, par Myriam El Khomri, Ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social et Dominique Schott et Pierre Possémé, Président et Vice-Président du FPSPP, Thierry Teboul, Directeur général de l’Afdas a été invité à présenter une action innovante sur les métiers rares du spectacle, mardi 28 février au ministère à Paris.

Formation sur les métiers rares à l’Afdas : entre tradition et innovation.

Grâce au soutien apporté par le FPSPP dans le cadre du programme national de formation, l’Afdas a mené une opération en 2014-2015 en faveur des métiers rares du spectacle. Cette action a permis de prendre en compte la situation des professionnels exerçant des métiers rares ou requérant de hautes compétences technologiques, en favorisant la mise en place de processus de formation et de transmission. En effet, certains métiers peuvent être exposés à terme à une disparition ou d’autres à une pénurie de compétences.

La formation est une réponse efficace pour maintenir et renouveler des savoir-faire « remarquables » ou « nouveaux » et ainsi contribuer au développement et à la pérennisation de certains métiers rares du spectacle.

A noter : les métiers rares font généralement appel à des compétences très pointues, voire rares ou nouvelles, où les formations sont d’une part très coûteuses à mettre en place et d’autre part inégalement réparties sur le territoire.

Thierry Teboul : « Contrairement à une idée reçue, métier rare ne rime pas toujours avec niveau de qualification élevé ou digitalisation à tout crin. »

Cette opération a permis de former 1 724 bénéficiaires :

  • 52% entre 30 à 44 ans ; 20% entre 45 à 54 ans ; 22% entre 18 à 29 ans  et 6% plus de 55 ans,
  • 21% de niveau V ; 30% de niveau IV ; 20% de niveau III ; de 29% niveau II,
  • 55% d’employés ; 24% d’agents de maîtrise ; 16% de cadres ; 5% d’ouvriers.

829 entreprises ont ainsi bénéficié de ce programme :

  • 30% TPE ; 34% 10 à 49 salariés ; 27% 50 à 249 salariés ; 9% 250 salariés et plus.

La durée moyenne de ces formations est de 116 h pour un coût moyen de 2 582 € par stagiaire.

 

Cette opération a mobilisé sur deux ans un budget total de 4,1 millions d’euros, dont 2,9 millions d’euros du FPSPP, soit 70% du coût du projet.

Les formations qui ont été mises en œuvre ont concerné les branches du spectacle vivant, des loisirs et de l’audiovisuel, et à titre d’exemple les métiers suivants :

  • dans le spectacle vivant : accessoiriste, constructeur en décor, peintre décorateur, serrurier, coiffeur, maquilleur, costumier, technicien des effets spéciaux, artificier,…
  • dans les sites de loisirs, d’attractions, de culture : cascadeur, soigneurs animaliers, fauconnier, cavalier, menuisier, scénographe,…
  • dans l’audiovisuel : éditeur trans média, chargé de programme antenne web, scripte tv, intégrateur de médias interactifs, animateurs 2d/3d,….

Les trois branches concernées regroupent à elles seules près de 500 métiers différents qui se répartissent en métiers spécifiques et métiers transversaux à d’autres secteurs d’activités.

Perspectives 2017

La poursuite de ces programmes revêt un caractère stratégique pour ces secteurs. Les programmes de formation mis en place ont permis de palier pour partie la pénurie demain d’œuvre. Sur certains métiers les demandes continuent de ne pas être pourvues. D’autres métiers ont aussi été recensés par les partenaires sociaux et des réflexions ont été conduites en parallèle sur l’offre de formation, en conjuguant tous les leviers disponibles :

  • la formation professionnelle et continue, via l’OPCA ;
  • l’apprentissage dans une logique de transmission du geste professionnel, via l’OCTA ;
  • la reconversion, en construisant des ponts entre les métiers (projet en cours dans les arts lyriques), via l’OPACIF.

Exemples de métiers « emblématiques » rares accompagnés dans les arts du spectacle :

Accessoiriste (effets spéciaux) Armurier de spectacle, Artificier (effets spéciaux),  Bottier (dont bottier de clown), Brodeuse (pailleteuse-perleuse), Carcassier, Carnavalier, Cartonnier, Chapelier, modiste, Chemisier, Coiffeur-maquilleur-perruquier-prothésiste, Costumier, Décorateur de théâtre, Fabricant de fleurs et plantes artificielles, Matériel pour magicien (créateur de), Peintre en décor (de toiles, trompe-l'oeil), Perruquier-posticheur, Plumassier, Prothésiste-maquilleur-créateur de masques, Repasseuse de fin, tuyauteuse…


Contacts presse : Cécile DENIS - 01 44 78 39 01 - c.denis@afdas.com           


IMG_0445.jpg

Myriam El Khomri, Ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, Thierry Teboul, Directeur général de l’Afdas et Stéphane Martin – Président de l'Afdas.

Dominique Schott Président FPSPP, Clotilde Valter, Secrétaire d’État auprès de la ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, chargée de la Formation professionnelle et de l’Apprentissage, Myriam El Khomri, Ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social et Pierre Possémé, Vice-Président du FPSPP