• Opérateur de compétences
    • et fonds de formation des artistes-auteurs

Le contrat d'apprentissage

Le contrat d’apprentissage est un contrat de travail qui a pour objectif l’obtention d’un titre ou diplôme professionnel de niveaux 1 à 8 inscrit au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP). Il est fondé sur l’alternance entre des périodes de formation théorique en organisme/centre de formation/CFA, et d’activité dans une ou plusieurs entreprises pour acquérir les savoir-faire en lien avec les compétences du titre ou diplôme préparé, avec l’appui obligatoire d’un maître d’apprentissage choisi par l’entreprise en fonction de son expérience et/ou niveau de diplôme.

Publics visés 

  • jeunes de 16 à 29 ans révolus;
  • Principales dérogations:
    • jeunes de 15 ans et 1 jour ayant terminé leur classe de troisième et dont l'anniversaire des 16 ans est célébré avant le 31 décembre de l'année en cours.
    • jeunes de 30 ans et plus, bénéficiaires de l'allocation aux adultes handicapés ou personnes porteuses d’un projet de reprise ou de création d’entreprise ou sportif de haut niveau.

Durée du contrat et possibilités de renouvellement

Durée du contrat

La durée du contrat d’apprentissage conclu à durée déterminée ou à durée indéterminée avec une période d’apprentissage est de :

  • de 6 mois à 3 ans
  • portée à 4 ans pour :
    • les apprentis reconnus travailleur handicapé
    • les sportifs de haut niveau

Nota : La durée du contrat dépend du titre ou diplôme préparé (3 ans par exemple pour un titre d’ingénieur)

Période d’essai

Il n’existe pas à proprement parler de période d’essai, mais le contrat peut être rompu pendant les 45 premiers jours, consécutifs ou non, de la formation pratique en entreprise (le temps passé en centre de formation d’apprentis n’est donc pas pris en compte).

Pendant cette période, l’employeur ou le salarié peut rompre le contrat sans avoir à invoquer un motif.

Pour les CDI, le contrat débute par une période d'apprentissage pendant laquelle les règles propres du contrat d'apprentissage sont appliquées. A l'issue de cette période, ce sont les dispositions du CDI qui s'appliquent avec une particularité : l’interdiction de prévoir une période d’essai.

Possibilités de renouvellement

A l’issue d’un contrat d’apprentissage à durée déterminée, un nouveau contrat peut être signé dans deux cas de figure :

  • en cas d’échec à l’examen,
  • pour finir le cycle en CFA (si le contrat a été suspendu pour des raisons indépendantes de la volonté de l’apprenti : maladie, défaillance du CFA, …)

Durée du parcours de formation

Dans le cadre du contrat à durée déterminée ou de la période d’apprentissage, le parcours de formation qui comprend les actions d'évaluation, d'accompagnement ainsi que les enseignements généraux, professionnels et technologiques, est mis en œuvre par un CFA.

  • La durée d’enseignement de la formation théorique ne peut être inférieure à 25% de la durée totale du contrat d'apprentissage, 
  • 5 jours ouvrables sont accordés dans le cadre de la préparation à l'examen,
  • Les enseignements pendant le temps de travail au CFA peuvent être dispensés en tout ou partie à distance.

Conditions de travail

Dans l'entreprise, les apprentis ont le statut de salarié et bénéficient :

  • d’un salaire, calculé selon un pourcentage du Smic, ou du salaire minimum conventionnel s'il est plus favorable pour les apprentis âgés de 21 et plus,
  • du même nombre de jours de congés payés que les autres salariés,
  • d’un congé exceptionnel de 5 jours ouvrables pour préparer leur examen, dans le mois qui précède l’examen et donne lieu au maintien de salaire,
  • de l’acquisition de droits à la formation dans le cadre du CPF,
  • des dispositions du code du travail, de la convention collective dont relève l’entreprise et des usages qui y sont en vigueur.

Remarque : pour les absences, l’apprenti est soumis aux règles habituellement applicables dans l’entreprise (délai de prévenance et justificatifs, et le cas échéant retenue sur salaire…). En cas de manquement des sanctions disciplinaires peuvent être prononcées.

Rémunération du salarié

La rémunération d'un contrat d'apprentissage dépend de son âge mais également de son année de formation en apprentissage, elle est calculée sur un pourcentage du SMIC ou du salaire minimum conventionnel s'il est plus favorable pour les apprentis âgés de 21 et plus1.

Tableau au 1er janvier 2019

Âge du bénéficiaire 1ère année 2ème année 3ème année
Avant 18 ans 27% 39% 55%
De 18 à 20 ans 43% 51% 67%
De 21 à 25 ans1 53% 61% 78%
26 ans et plus1 100% 100% 100%

Le taux de rémunération change le mois suivant l'anniversaire de l'apprenti.

Lorsqu'un apprenti conclut un nouveau contrat d'apprentissage, sa rémunération est au moins égale à celle qu'il percevait lors de sa dernière année du contrat précédent lorsque ce dernier a conduit à l'obtention du titre ou du diplôme préparé sauf quand l'application des rémunérations en fonction de son âge est plus favorable.

Rémunération des apprentis pour la branche des Télécoms

L’Accord de branche du 11/12/2015 prévoit que la référence pour la rémunération des apprentis s’entend de la plus favorable entre le SMIC et le salaire annuel minimum conventionnel de la branche divisé par 12. Le positionnement dans la grille est fonction du titre ou du diplôme préparé.

Pour 2019 et pour les apprentis, les minima garantis* s’établissent ainsi :

* C. trav., article D. 6226 (Décret du 26/12/2018 pris en application de la Loi « Avenir professionnel » du 05/09/2018 [1])

43% : pour les 18 à 20 ans pour la première année d’exécution du contrat

51% : pour les 18 à 20 ans pour la deuxième année

67% : pour les 18 à 20 ans pour la troisième année

53% : pour les 21 ans à 25 ans pour la première année d’exécution du contrat

61% : pour les 21 ans à 25 ans pour la deuxième année

78% : pour les 21 ans à 25 ans pour la troisième année

100% : pour les 26 ans à 29 ans pendant la durée d’exécution du contrat

[1] Ce décret du 28 décembre 2018 vient réévaluer les règles de rémunération des apprentis, et ouvre le dispositif aux jeunes jusqu’à 29 ans

Maître d'apprentissage

Pour toute embauche sous contrat d’apprentissage l'employeur doit désigner un maître d’apprentissage. C’est une obligation.

Désignation du maître d'apprentissage

Le maître d'apprentissage peut être le chef de l'entreprise (employeur salarié ou non, Président d'une association sportive), conjoint collaborateur de l’employeur ou un salarié. En revanche il ne peut être ni auto-entrepreneur, ni bénévole. Il doit être volontaire, majeur et offrir les garanties de moralité. Les conditions de compétences professionnelles exigées d’un maître d’apprentissage sont déterminées par convention ou accord collectif de branche. A défaut, les conditions sont déterminées par voie réglementaire.

La mission du maître d’apprentissage

Sa mission est de contribuer à l’acquisition par l’apprenti des compétences correspondant à la qualification recherchée et au titre ou diplôme préparé en lien avec les CFA ou la section d’apprentissage.

Le maître d’apprentissage encadre deux apprentis au maximum (voire un apprenti supplémentaire dont la formation est prolongée en cas d’échec à l’examen).

L’activité de maître d'apprentissage permet d’acquérir des droits spécifiques relatif à son compte CPF. La valorisation de la fonction de maître d’apprentissage en heures de CEC se fait directement via la DGEFP. L’entreprise n’a rien à faire.

La fonction de maître d'apprentissage peut être partagée entre plusieurs salariés constitués en équipe avec désignation d’un maître d’apprentissage référent qui en assure la coordination.

La formation du maître d'apprentissage

L’employeur doit veiller à ce que le maître d’apprentissage bénéficie de formations lui permettant d’effectuer correctement sa mission.

La formation de 7 h à 40 h est prise en charge par l’OPCO si le coût horaire de cette formation est inférieur ou égal à 15 €/h HT (décision Conseil d’Administration de l’Afdas).

Dans le cas contraire, si la formation excède 15 €/h HT alors le coût sera financé intégralement sur les fonds propres de l’entreprise.

La formation est finançable uniquement pour :

- un salarié de l’entreprise,

- le chef de l'entreprise (employeur, salarié ou non, pour une entreprise de moins de 11)

- le conjoint collaborateur de l’employeur

Retrouvez nos organismes de formation partenaires

L'aide à la fonction maître d'apprentissage

Le Conseil d'administration de l'Afdas a validé l'attribution de l'aide uniquement pour les entreprises de – 50 salariés pour les contrats d’apprentissage financés par l’OPCO (donc en 2019 uniquement pour les formations hors conventions régionales).

Un forfait de 230 euros par mois pendant 6 mois.

Ce forfait couvre les rémunérations, les cotisations et contributions sociales légales et conventionnelles ainsi que, le cas échéant, les frais de déplacement, d'hébergement et de repas occasionnés par la mission de maître d'apprentissage.

L'entreprise envoie à l'Afdas une facture à l'issue des 6 mois.  

Avantages financiers

Prise en charge des coûts pédagogiques de la formation

Suite à la réforme de la formation professionnelle, deux cas de figures peuvent se présenter :

1 - Le contrat d'apprentissage signé en 2019 est conventionné par la région

Le financement sera donc assuré sur 2019 par la région au prorata temporis sur la base du coût préfecture (voir les liens vers les listes préfectorales des CFA en bas de page).

A partir du 1er janvier 2020, l'OPCO financera le reliquat toujours sur la base du coût préfecture.

2 - Le contrat d’apprentissage signé par des CFA existants ou de nouveaux CFA en 2019 n’est pas conventionné par la région dit hors convention régionale 

Le financement sera assuré pour toute leur durée d’exécution par les OPCO sur la base des Niveaux de Prise En Charge (NPEC) déterminés par les Commissions Paritaires Nationales de l’Emploi (CPNE) ou, à défaut, par la Commission paritaire de la branche dont relève l’entreprise signataire du contrat (cf. Référentiel des niveaux de prise en charge des contrats d'apprentissage publié par France Compétences au 15/09/2019).

Dans le cas où la formation est nouvelle et que les branches ne se sont pas encore prononcées, un « forfait d’amorçage » sera versé par l’OPCO au CFA ou CFA d’entreprise le temps que le NPEC soit fixé. Si rien n’est décidé par la branche c’est le montant annualisé prévu pour le forfait d’amorçage qui s’appliquera.


Tableau "forfait d’amorçage" - décret du 14 septembre 2019

Exonération de charges

L’exonération spécifique des cotisations patronales sur les contrats d’apprentissage du secteur privé est supprimée à compter du 1er janvier 2019.

Les rémunérations des apprentis bénéficient dorénavant de la réduction générale de cotisations renforcée dès le 1er janvier 2019.

L’exonération des cotisations salariales spécifique aux contrats d’apprentissage du secteur privé est maintenue mais limitée à 79 % du Smic.

Voir le détail sur les exonérations de charges sur le site de l’Urssaf.

Aides financières à l’embauche

Pour les contrats conclus à compter du 1er janvier 2019, la loi supprime les différentes aides (sauf exonération de cotisations), au profit d’une « Aide unique » dédiée aux entreprises de moins de 250 salariés pour l’embauche d’un apprenti préparant une formation d’un niveau maximum au baccalauréat (niveau 4).

 L’aide unique est d’un montant maximal de :

  • 1ère  année d’exécution du contrat d’apprentissage  : 4 125 €
  • 2nde année d’exécution du contrat d’apprentissage  : 2 000 €
  • 3ème année d’exécution du contrat d’apprentissage : 1 200 €

Conditions particulières :

  • Si le contrat a une durée supérieure à 3 ans (ex. pour un travailleur reconnu travailleur handicapé ou suite à l'échec à un examen), l’aide est également de 1 200 € maximal pour la 4ème année d’exécution du contrat.
  • En cas de rupture anticipée du contrat, l’aide est suspendue le mois suivant la date de fin de la relation contractuelle et les sommes indument perçues doivent être remboursées.
  • En cas de suspension conduisant au non-versement de la rémunération, l’aide n’est pas due pour chaque mois de suspension.

L’aide est versée chaque mois sur la base des données relatives à l’exécution du contrat qui figure dans la DSN.

Aide complémentaire de l'Agefiph pour les travailleurs handicapés

L’apprenti peut recevoir des aides de la part de l’Agefiph dès lors qu’il fait l’objet d’une procédure de reconnaissance de son handicap.

Il convient de s’adresser directement à l’Agefiph.   

Frais annexes remboursés au CFA

La loi prévoit le remboursement de plusieurs types de frais annexes bénéficiant à l'apprenti et supportés par le CFA. Le Conseil d'administration de l’Afdas a validé les montants de prise en charge dans le tableau ci-dessous :

Aide au passage du permis de conduire remboursé au CFA

À compter du 1er janvier 2019, les apprentis bénéficient de cette aide si trois conditions cumulatives sont respectées :

1.     Être âgé d'au moins 18 ans,

2.     Être titulaire d’un contrat d’apprentissage en cours d’exécution,

3.     Être engagé dans la préparation du permis de conduire de véhicule de permis B.

L’aide, d’un montant de 500 €, est versée par le CFA à l'alternant. L'Agence de Services et de Paiement remboursera le CFA. Cette aide est attribuée une seule fois pour un même apprenti.

Elle est cumulable avec toutes les autres aides perçues par l’apprenti, y compris les prestations sociales. Elle n’est pas prise en compte pour la détermination des plafonds des ressources du foyer fiscal de rattachement de l’apprenti pour le bénéfice des prestations sociales.

Avantages en nature payés par l’employeur

Les avantages en nature (logement, nourriture) peuvent être déduits du salaire de l’apprenti dans la limite de 75 % de la déduction autorisée pour les autres salariés par la réglementation applicable en matière de sécurité sociale.

Toutefois, un taux de déduction moins élevé peut être prévu par une convention ou un contrat particulier.

Les déductions effectuées au titre des avantages en nature sont limitées, chaque mois, à un montant égal aux trois quarts du salaire de l’apprenti.

Exclusion de l'apprenti de l'effectif de l'entreprise

Jusqu'au terme du contrat ou de la période d’apprentissage, les titulaires ne sont pas pris en compte dans le calcul de l'effectif de l'entreprise pour l'application des dispositions législatives ou réglementaires qui se réfèrent à une condition d'effectif minimum de salariés, exception faite de celles qui concernent la tarification des risques d'accident du travail et de maladies professionnelles.

Procédure d'enregistrement

Jusqu’au 31/12/2019, la compétence d’enregistrement des contrats d’apprentissage incombe aux chambres consulaires du lieu d’exécution du contrat.

Le formulaire CERFA n° 10103*06 (FA13) et l’ensemble des éléments doivent être transmis à la chambre consulaire (chambre de commerce et d’industrie, CCI ou la chambre des métiers et de l’artisanat, CMA) dans les 5 jours calendaires suivant l’embauche de l’apprenti.

A compter du 1er janvier 2020, cette compétence est transférée aux OPCO. L’entreprise devra « déposer » son contrat dument complété sur la plate-forme mise en place par l’OPCO.

Référentiel des niveaux de prise en charge des contrats d’apprentissage des entreprises adhérentes à l'Afdas

Pour connaître le niveau de prise en charge (contrats signés en 2019) hors convention région, consultez le référentiel des niveaux de prise en charge des contrats d'apprentissage publié par France Compétences au 28/10/2019.

Listes préfectorales des CFA et du coût contrat d'apprentissage au 31/12/2018

Pour connaître le coût contrat (contrats signés en 2019) et dont les formations sont conventionnées par la région, consultez les listes sur les sites des préfectures de régions :